La règle proportionnelle de capitaux et de prime d'assurance pour connaître l'impact d'une sur-estimation ou d'une sous-estimation de vos biens.

Nous contacter
Du lundi au vendredi, de 9h à 18h30 :
Benoit Salembier, président
benoit.salembier@add-value.fr
01 30 10 18 39
Sandra Poulmarch, responsable de placement IARD
sandra.poulmach@add-value.fr
01 30 10 18 42
Simon Febvre, directeur marketing
simon.febvre@add-value.fr
01 30 10 18 41
Pour nous rendre visite
Tour PB5 - 1 avenue du Général de Gaulle
92074 PARIS LA DEFENSE
Tour PB5 - 1 avenue du Général de Gaulle  - 92074 PARIS LA DEFENSE
Venir en RER : RER C, station Saint-Gratien
  • Via A1 - A29/E44 et A16
  • Via A81 --> A11 --> A10
  • Via A630 --> A10
  • Via A7 --> A6 --> D911 --> D17 --> N315
Du lundi au vendredi, de 9h à 18h30 :
01.30.10.18.31
Tour PB5 - 1 avenue du Général de Gaulle
92074 PARIS LA DEFENSE
Vous avez un projet, une idée, une question, échangeons !
Champs obligatoires *
Champs obligatoires *
Recherche
Accueil > Règle proportionnelle de capitaux et de prime

Règle proportionnelle de capitaux et de prime en assurance

Règle proportionnelle de capitaux et de prime
 
La règle proportionnelle de capitaux et la règle proportionnelle de prime permettent de remédier à une erreur de tarification de la prime d’assurance. Cette erreur est liée à une déclaration inexacte ou minorée du montant à garantir en assurance dommage (bien immobilier, mobilier, matériel, etc.)
La règle proportionnelle de capitaux et de prime : comment ça marche ?
Lorsque l’assureur perçoit une prime qui est inférieure à celle que l’assuré aurait dû payer, le risque ne peut pas être couvert de la même manière. Pour que le contrat soit juste pour les deux parties, il faut que la prime corresponde statistiquement au risque garanti. 
C’est lorsqu’il existe une variation entre ces deux éléments, découverte au moment du sinistre, qu’intervient la règle proportionnelle de capitaux. L’assureur peut alors diminuer l’indemnisation qu’il verse à son assuré, dans la proportion des primes qu’il aurait dû recevoir si le risque avait été correctement établi.
L'assuré et le courtier doivent prêter attention aux évolutions que peuvent subir les contrats d’assurance.
C’est le cas par exemples de :
> l’augmentation de la valeur d'un bien immobilier (maison ou d'un appartement)
> l’achat de mobilier qui fait grimper le capital du contenu à assurer.
Il s’agit pourtant d’éléments à prendre en compte, car ils peuvent faire l’objet d’une règle proportionnelle en cas de sous-estimation du capital à assurer par rapport au contrat d’assurance.
Il faut donc penser à prévoir une indexation des montants de garanties sur le contrat d'assurance ou être vigilant quant à l’estimation de la valeur de ses biens immobiliers ou mobiliers.